Spécialités de Chartres

Le Paté de Chartres

Célèbre depuis le 18e siècle, le Pâté de Chartres est un pâté en croûte composé essentiellement de gibiers. A l’origine, on y trouvait des pluviers ou des guignards, oiseaux de passage à Chartres. Ces oiseaux migrateurs disparus, ils furent remplacés dans la recette par le perdreau et le faisan, agrémenté de foie gras, de truffes et d’épices subtiles.

Aujourd’hui encore réputé pour sa saveur, les mei leurs cuisiniers chartrains le proposent au menu en particulier à la saison du gibier. A déguster en croûte et en terrine.

Le Pèlerin

C’est un gâteau dont le nom puise ses racines directement dans l’histoire chartraine : il est marqué sur le dessus d’un dessin symbolisant le labyrinthe de la cathédrale de Chartres que de nombreux visiteurs venus du monde entier viennent découvrir. Les 3/4 du temps le labyrinthe est recouvert par les chaises permettant d’assister aux offices mais à quelques occasions dans l’année il est découvert et offert à l’admiration des visiteurs, ces pèlerins des temps modernes. De plus, Nathalie Jallerat, qui a personnellement imaginé ce gâteau en collaboration avec Nicolas Mendès, le chef du Georges, et Mickaël Lebert, le chef pâtissier, a voulu un gâteau qui puisse s’offrir, s’emporter, se conserver. Telles les provisions d’un pèlerin.

Biscuit moelleux à base de blé de Beauce évidemment, d’amandes et de pâte de fruits de pommes des Jardins d’Imbermais. Emballé avec soin dans un papier de soie, marqué du signe du labyrinthe et enfermé dans une boîte en métal, il sera le cadeau que l’on offre, que l’on s’offre et qu’on emmène en souvenir de Chartres et de sa majestueuse cathédrale.

D’ailleurs, une des origines probables du labyrinthe qui garde sa part de mystère, serait qu’il permettait à ceux qui, lors de grandes fêtes, suivaient son parcours à genoux en faisant pénitence, d’obtenir de l’Eglise la même considération et les mêmes indulgences que ceux qui effectuaient un pèlerinage en Terre Sainte.